Appel à la mobilisation : Clôture de la 4eme action internationale de la Marche mondiale des femmes

Née en l’an 2000 de l’initiative de la fédération des femmes du Québec, la Marche Mondiale des femmes est rapidement devenue un mouvement mondial incontournable. Des millions de femmes du monde entier ont marché contre la pauvreté et la violence lors de la première et de la seconde action internationale en 2000 et 2005. En 2010, la Marche Mondiale des Femmes a mobilisé environ 4500 groupes venant de 150 pays et territoires.

En 2015, nous célébrons notre 4e Action Internationale, et depuis le 8 Mars, nos pas, nos batucadas et nos voix, ont été entendues dans plus de 30 pays dans 5 régions du monde. Pendant ces 7 mois, nos réflexions ont contribuées aux débats sur la crise climatique, l’exploitation du travail des femmes, la violence et le contrôle sur le corps et la vie des femmes, ainsi que sur l’accroissement de la militarisation, des fondamentalismes et la criminalisation des luttes sociales.
Pendant cette période nous avons mené des actions publiques, des marches, des débats, des formations politiques, nous avons signé des déclarations, organisé des rencontres régionales etc. Tout ceci pour dénoncer toutes les formes d’oppression que le système capitaliste patriarcal exerce sur nous.

Le 17 Octobre, nous les militantes du monde entier, clôturerons notre action internationale pour élever nos voix contre la militarisation qui s’intensifie dans tous les recoins de la planète, et qui nous attaque tous les jours. Nous observons horrifiées comment les conflits et les guerres armées de type non conventionnels s’étendent et se propagent rapidement dans toutes les régions du monde. Répandant la peur, la violence, la maladie, la haine et la pauvreté, et alimentant le fondamentalisme.
Cette violence, qu’elle soit exercée par les armées, les milices, les entreprises privées de sécurité, les mafias du crime organisé, le personnel des missions de paix internationales ou les États, bénéficie toujours á un système capitaliste patriarcal dans lequel les femmes sont toujours celles qui souffrent le plus.

Le militarisme, l'instabilité et les conflits sont souvent alimentés par des puissances économiques qui voient leurs profits croître à travers le commerce des armes et trouvent dans le chaos, le terreau idéal pour imposer leurs intérêts.
Le fondamentalisme, qu'il soit religieux, ethnique ou culturel, gagne en force tous les jours et se propage dangereusement dans différentes régions, infligeant des conditions de vie inhumaines et violant les droits fondamentaux des femmes dans le monde entier.

Cette situation est utilisée simultanément par les gouvernements dans de nombreux pays pour justifier un contrôle accru sur les citoyens, la criminalisation des mouvements sociaux, la réduction des droits civiques, en ces temps de crise dans laquelle le néolibéralisme est renforcé, les États-providence s’effondre et la lutte citoyenne est plus importante que jamais.
Ce même système économique mondial qui se nourrit des guerres et des conflits, provoque la dépendance économique, la faim et la malnutrition de millions de personnes dans le monde. Les entreprises multinationales exproprient de leurs terres les paysans et paysannes, déplacent des communautés entières, rendent les terres infertiles, polluent et spéculent contre la nature, semant ainsi la pauvreté dans les pays du « Sud ».
Face à cette situation, nous répondons par des alternatives qui nous permettent de poser les bases d’un projet féministe de liberté, d’égalité, de paix, de justice, de souveraineté alimentaire et de solidarité, pour continuer à défendre et à promouvoir la société féministe que nous voulons.
Pour cela, nous les compagnonnes, les militantes et les camarades, nous allons nous mobiliser pour ce moment important pour faire entendre nos voix avec plus de force que jamais. Nous allons faire en sorte que le monde écoute nos demandes.

Dans les Amériques, nos camarades clôtureront l’Action Internationale avec une rencontre régionale qui aura lieu à Cajamarca (Pérou), un lieu important pour les luttes que plusieurs femmes et communautés mettent en œuvre pour faire face aux compagnies minières. Entre autres activités, elles effectueront une évaluation de l’Action Internationale, une planification de l’année à venir, elles discuteront des priorités et elles commenceront à préparer la rencontre nationale de 2016.

En Afrique, des femmes de tout le continent se réuniront au Kenya pour approfondir le débat sur les résistances que nous menons dans la région, et sur les alternatives que nous construisons dans nos vies quotidiennes. La clôture de l’action en Afrique aura lieu à Nairobi entre le 12 et le 14 octobre.
(Pour plus d’information: worldmarchofwomenkenya@gmail.com)

En Europe, la caravane qui a parcouru tout le continent d’Est en Ouest, recueillant les histoires de lutte et de résistance des femmes, depuis le Kurdistan Turque jusqu’au Portugal, terminera son périple à Lisbonne avec un grand évènement auquel participera des camarades de tout le continent. Ne manquez pas la clôture de l’Action Internationale en Europe, à Lisbonne entre le 15 et le 17 octobre. Pour plus d’information (mmmulherespt@gmail.com).

Toujours en marche camarades!


Laissez le premier commentaire !

Veuillez consulter votre boîte de réception pour un courriel avec le lien d'activation pour votre compte.
Calendrier des actions Déclaration contre les oléoducs