Femme ou handicapée?

cophan-5-300x200.jpg

Mais quelle drôle d’idée pour nous, femmes handicapées, de faire partie de 2 mouvements : celui des femmes et celui des handicapés!

Avons-nous le temps de défendre le droit de toutes les femmes, occupées que nous sommes à courir après la réponse à nos besoins d’handicapés? Avons-nous l’énergie de défendre les droits de tous les handicapés, occupées que nous sommes à revendiquer nos droits de femme?

Avons-nous besoin de nous joindre à vous?
Oubliez-vous que nous ne sommes pas des femmes, mais des personnes handicapées. Avons-nous seulement des besoins et des droits à faire valoir à vos côtés, en tant que femmes?

N’êtes-vous pas au courant que le handicap protège de tout, sexisme y compris? En effet, tous savent que la cécité assure l’égalité homme-femme en emploi, la paralysie cérébrale immunise contre le cancer du sein, la déficience intellectuelle protège des agressions sexuelles et la surdité est un moyen de contraception à l’efficacité éprouvée. Ainsi, nul besoin pour la société de rendre accessibles les campagnes de santé publique, les centres de radiologie, les centres d’accueil pour femmes victimes de violence et les maternités.

Avons-nous seulement un corps à libérer, nous que le genre n’affecte pas? Avons-nous seulement un territoire à libérer, nous qui, grâce aux vertus de l’accessibilité universelle, ne sommes plus en situation de handicap? Nous, femmes handicapées, sommes-nous plus que des choses que l’on prend en charge, soigne, manipule de façon technique et froide sans égard à notre genre, à nos croyances ou à nos préférences? Ce n’est pourtant pas ce que la société nous renvoie.

Ce qu’elle nous renvoie, cette société, c’est que nous devons choisir notre bataille. Nous n’avons pas le luxe de pouvoir réclamer à la fois nos droits en tant que femme et nos droits en tant qu’handicapé. C’est l’un ou l’autre. Ainsi, au diable l’accessibilité et l’adaptation des cours d’éducation sexuelle, des campagnes de santé publique, la prévention des infections transmissibles sexuellement, la sensibilisation aux relations interpersonnelles saines et harmonieuses et la lutte à la violence faite aux femmes. L’égalité homme femme, le droit à l’avortement, la conciliation travail-famille, les congés parentaux, quel rapport avec nous? Cela ne nous concerne de toute évidence pas.

Comment nous, femmes handicapées, pouvons-nous libérer nos corps, notre Terre et nos territoires, dans une société où on nous demande constamment de choisir entre être une femme ou être un handicapé?


Laissez le premier commentaire !

Veuillez consulter votre boîte de réception pour un courriel avec le lien d'activation pour votre compte.
Calendrier des actions Déclaration contre les oléoducs